Cyperlipopette

12 février 2007

Croire

Près d'un mois après mon dernier post, c'est le verbe qui revient de plus en plus...

Croire en soi, s'investir à soulever des montagnes, à garder la même conduite malgré les difficultés...

Croire en l'autre, à ses mots, à ses gestes, à ses invitations, à ses remarques... Se laisser aller?

Résister aux autres qui croient aussi, mais bien sur, pas comme nous.

Alléger l'autre de quelques doutes, et lui donner un peu de confiance?

Je ne suis pas sure de mon avenir, mais croire c'est la première solution à nos problèmes. Le premier pas vers des gestes concrets pour atteindre le bonheur, la vérité, la reconnaissance, la liberté, selon ce que chacun désire le plus.

Et pourtant certains diront que l'on est (du verbe être dans tous les sens du terme) que lorsqu'on sait et non quand on le croit. Une dizaine de plus et je dirai la même chose.

Posté par cypris à 18:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]


20 janvier 2007

Fantaisies... avec Dario

"Tout l'amour que j'ai pour toi
Est brûlant comme un feu.

Il est grand et plein d'éclat
C'est si bon d'être heureux "

Le soleil, un jour d'été, et mon tee-shirt Minnie.
Mes toutous: Black et Pirate. Black le petit terrier tout blanc qui se laissait prendre comme une peluche, et qui cédait à tous nos caprices de petits gosses. Pirate, le grand balou, qui faisait pas dans la dentelle, qui courait après la balle sans s'occuper de ce qui pouvait gêner sans que ça l'affecte en aucune manière, que ce soit ou non mon papa sur une échelle.

"Mes cris de joie
Je te les doit
Car rien pour moi
N'est plus que toi"

Mon frère et moi sur notre balançoire. Sa chute de la balançoire dans les patates.
Mon premier lapin nain dans mon potager. L'attente malicieuse quand j'apprends à l'écouter et lui parler, pour mieux l'attraper. Le sourire de papa plein de tendresse. L'odeur de la terre.

"Même quand tu n'es pas là
Il est présent
Bien présent"

Les cris, la colère devant ma maman qui me laisse à l'école. Le caprice qui se transforme en fugue de la maternelle, un jour de brouillard. L'insouciance totale dans un vrai moment de danger. Puis la main chaude de mon animateur préféré, Christophe, qui m'attrape le bras dans la brume. Être en retard au boulot a du bon des fois.

" Tout l'amour que j'ai pour toi
Est plus fort
Chaque jour
Je crois bien qu'il durera
Pour la vie
Pour toujours"

Le rose de mes barbies, et le temps passé à jouer avec ma voisine. Je veux être la plus belle, la plus forte, la mieux quoi. Princesse barbie.
Mes premiers gâteaux en sable, en boue et en fleur dans le bac de la piscine de barbie avec ma voisine. Nos premiers parfums... des fleurs et des aromates dans des bocaux au soleil.

"Quelle obsession
Que ma passion
Je te dis non
Tout bas, tout bas"

Une maîtresse de CE1 avec du vernis blanc nacré, jeune, des manières qui m'énervent. Mes premières questions. Je prends l'école comme un défi, 1ère de la classe par revanche contre son attitude si peu maternelle, et tellement provocante.

"Au moindre bruit de tes pas
Mon coeur bat
Mon coeur bat"

Mes premiers amoureux de l'école. Ma meilleure amie, la petite grosse avec une grande gueule, qui refait les paroles d'une chanson pour le garçon qu'elle aime. Le rire...
Les échanges de bonbons, les parties de billes, de fog même. Le marchand de journaux.
Les jeux en bois à escalader dans la cour, les roues, l'équilibre et le sable. Mon taille crayon "mon petit poney" balancé sur une élève au fond de la classe, les gifles aux garçons.

"Je veux crier
Au monde entier
Que rien ne peut
Nous séparer"

La maison construite par mon papa. Le sable, le ciment. Son grand tamis, le sable doux et... la sciure. La moquerie devant un camarade qui ne connaissait pas le mot truelle. Mais d'où il vient lui?

"Tout l'amour que j'ai pour toi
C'est vraiment
Tout pour moi "

Ma première meilleure amie, avec qui je me dispute la première fois que je lui parle. La cire de babybel chaude sur le crane d'un blond platine indélicat avec nous. Les premiers délires: le MAÏS... La découverte des massaïs du Burkina Faso.
Mais aussi les jeux dans l'impasse, avec le tracteur qu'on pousse. Le caca que jette mon voisin à son "ex" amoureuse à coups de "poufiasse', "Angélique, danger publique".

MERCI PAPA, MERCI MAMAN.

Posté par cypris à 00:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 janvier 2007

Etreintes et cie

A tous ceux qui me connaissent et qui savent que je m'assume.

Je vais en attirer plus d'un et plus d'une sur mon blog avec de tels mots... et la terre continuera de tourner.
C'est juste que je me dis "Putain!!!!" et vraiment pas un autre mot quand j'entends des conneries pareilles.

Vous les filles, vous avez certainement croisé au moins un mec dans votre vie qui vous a fait croire que vous étiez coincée parce qu'il voulait insidieusement vous faire accéder à sa demande, celle là même qui allait vous mener dans le lit d'autres hommes ou femmes.

Alors vous comprendrez certainement mieux que quiconque pourquoi je m'énerve ici même contre les idées "normales" qui sont de plus en plus véhiculées sur le sexe.
La "normalité", celle que je retrouve dans le plus de bouches aujourd'hui, c'est ce que nous proposent les films de boules.

C'est fou, je devrais déjà être toute mouillée rien qu'a penser à un mec qui s'acharne contre mon trou de balle, juste avant qu'il se vide dans ma bouche et qu'il m'échange après, juste pour que ses potes goûtent.

J'exagère. Le pire c'est que je dirai à peine.

Mais alors le mieux, comme si les films porno ne suffisaient pas, maintenant ça commence à faire un petit bout de temps que les magazines de greluche commencent à infiltrer des normes sexuelles dans le couple.

C'est simple, aujourd'hui j'ai l'impression que si on ne fait pas telle ou telle position, ou qu'on ne matérialise pas le ou les fantasmes les plus partagées de tous les frustrés gorgé d'un complexe d'infériorité, nous ne sommes pas normales. "Tout pour redonner du piment dans votre vie sexuelle: la nécessité de réapprendre l'alphabet des victimes".

Oh la la mais soyez open voyons, maintenant c'est fun de se faire fouetter les fesses. Quoi t'as pas encore essayé? Mais attends je te prête mon nouveau Elle, ils t'expliquent à la page 37 comment te persuader que ça te fait super plaisir et que t'avais l'envie cachée et refoulée de réaliser le fantasme de ton mec qui est trop resté scotché sur les pornos, et qui à force de vivre son fantasme par procuration en pensant que c'était sale, a décidé de te le faire vivre, comme toute bonne femme objet qui apprend à croire qu'elle le veut elle aussi. Et à la page 44, l'interview de la nouvelle star Clara Morgane, ambassadrice de l'élégance et de la distinction. Le glamour incarné cette femme, un modèle pour toutes.

Puisque l'on est tous le résultat de coups de reins bien placés, ne croyez vous pas que l'on est en train de confondre libération sexuelle et sexualité agressive si l'on se réfère au porno?

Je crois et je vis le sexe sans norme. Sans pression, sans tabou mais plein de passion, de tendresse, d'érotisme.

L'érotisme...

C'est bien ce qui manque aux films pornos. Ils ne font qu'enchaîner comme des bourrins des positions pré-établies et surtout conformes aux attentes des spectateurs.

Alors ne vous faites pas une liste de positions à essayer parce que c'est à la mode. Ne cédez pas aux demandes des quiches qui croyant remettre du piment dans le couple, vont plutôt mener certaines douillettes à la catastrophe. Et même des filles normales.

Comment dans un couple voulez vous que le lien affectif tienne après avoir vu son compagnon changer d'attitude, et rester indifférent devant les autres hommes qui vous prennent comme des objets? Découvrir l'autre comme une bête ignorant votre mal être, ça doit secouer quand même non?

Parce que ne croyez pas que j'en ai fait l'expérience, j'ai trop mauvais caractère pour me laisser faire. Simplement certaines scènes dans des films m'ont fait ressentir des choses vraiment malsaines. Je pense par exemple à une scène dans Requiem for a dream. Ça fait tilt?

Rien n'est interdit, mais c'est simplement dangereux de faire parce qu'on cède et pas parce qu'on le veut vraiment.

Le sexe, c'est pourtant très amusant... Le jeu du jour chez les juristes (copyright de ma côtelette): remplir les bulles...

File0011

Belle étreinte n'est ce pas? J'aperçois déjà ses petites poignées d'amour...

Posté par cypris à 02:17 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

02 janvier 2007

Le bain au lait et au miel

Voilà une recette toute simple mais qui a largement fait ses preuves...

Dans un bain à 37° (ou plus selon votre compagnon de fortune), versez un litre de lait entier et avec 2 cuillères à soupe de miel. Vous pouvez aussi rajouter quelques gouttes (mais pas plus de 8) d'huile essentielle de votre choix.

Loin des Gemey ou autres Dior, Chanel et cie, qui vous jure oeuvrer pour votre beauté peut être que pour une fois votre peau comprendra le message. Parce qu'il faut pas croire, à base de crème ou gel au pétrole modifié, vos petites cellules ne communiquent pas, elles se collent ou plutôt se racollent.

Je ne vous ferai pas un cours de cosmétique, mais bon, hydrater ça ne veut pas dire remettre de l'eau dans la peau mais retenir l'eau présente dans la peau, en l'imperméabilisant par une couche d'huile.
Paraffine, c'est d'origine latine et ça veut dire "qui ne sert à rien". On ne savait pas quoi en faire, de ce dérivé de petrole, mais les cosmetiques en font bon usage.

Je vous confirme, ça ne sert à rien, rien qu'à vous leurrer. Ca se colle sur la peau, ça lui parle en martien, ça l'empêche de respirer et vous ne touchez plus votre peau en passant votre main sur votre visage mais la douce couche de pétrole huileux.

Mais j'vous l'ai bien dit, j'suis pas là pour vous faire un cours de cosmétique, si ça vous va tant mieux. Vous avez raison de ne pas être curieuse, vous vous feriez peur, et pas que là dessus.

Posté par cypris à 20:51 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

22 décembre 2006

Le verre d'eau salée...

Je m'attendais un tsunami, j'ai été bien déçue.

Première et dernière chronique du genre, je profite de mon agacement pour vous livrer ces quelques confidences.

Il n'avait ni le pas assuré, ni la main protectrice, ni la virilité qui m'attirent. Il était excessif, lunatique mais il avait la voix brune et chaude, remplie de rêves.

Et je suis tombée amoureuse. A la place d'ennui et d'assurance, il a rempli mon coeur de bonheur, déception et m'a prouvé combien j'étais vivante, et combien l'amour n'est pas forcement la tranquillité.

Injuste, menteur mais surtout très lâche, il illustre l'illusion des riches ou comment un peu de culture et de stratégies bien placées peuvent vous enivrer. Je ne les envie pas, pleins d'excuses et de ricanements, d'exigences, mais si peu d'amour. Et tellement gris.

L'amour le vrai, celui qui m'a bercé de ses mains rugueuses, endurcies à force de construire n'a rien à voir avec la délicatesse des précieux, qui ne savent que reprocher ce dont ils ne sont eux même pas capables. Et surtout de croire leur propre conneries.

Cela m'a coûté 6 mois, enfin 4 et demie en réalité. Oui 1 mois et demie à jouer au con et à déjouer ses mensonges, c'est suffisant pour se foutre de sa gueule.
La quiche ne sait pas prendre un chemin, il doute de tout, sauf du fait que son "AndroPenis" la lui grandira d'au moins 5 mm. J'aimerai bien savoir combien il a payé pour se tirer la peau de la verge celui là.

A l'époque ça m'avait choqué, aujourd'hui ça m'a refait les abdos. Je peux même manger les 500grs de foie gras à moi toute seule. Si si je vous assure.

Posté par cypris à 22:08 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


11 décembre 2006

Chose promise, chose due...

delphine

De la photo artisanale, bien grossière. L'adoucir vous aurait gaché le plaisir de regarder la robe. N'est-ce-pas?

Posté par cypris à 20:36 - Commentaires [7] - Permalien [#]

09 décembre 2006

Morceaux choisis

"Tu sais, je te trouve de plus en plus jolie.

_ Ah bon

_ Et ça c'est pas une chose que dit un homme qui tombe amoureux. Tu sais pourquoi?

_ Non, non, vas y continue...

_ Parce que c'est quelque chose que tu m'as déjà dit."

Posté par cypris à 02:34 - Commentaires [2] - Permalien [#]

06 décembre 2006

Dis moi que l'amour ne s'arrête pas...

De mes souvenirs d'amours passés, je repense souvent aux détails qui auraient fait de belles photos...

Mon gilet pour 2 en guise de parapluie un jour de printemps, du miel donné du bout des doigts, me faire coiffer les cheveux...

La douceur et l'attention d'un homme pendant un instant... Les simples choses restent pour moi les plus importantes dans une relation. Déjouer les barrières des plus gros durs d'un mot ou d'un geste n'a pas de prix.

J'aime les gros bras de monsieur, qui m'enlacent comme une petite fille, la main toute chaude sur mon ventre qui me rappelle qu'il veille sur moi. Les yeux ronds et le sourire résigné de l'homme qui sait qu'il ne peut plus résister, et les baisers sur le front, qu'il pose comme une promesse.

Le rouge sur les joues lorsqu'il offre timidement, les regards belliqueux et inquiets lorsque d'autres hommes posent leurs regards sur moi. 

Les surnoms débiles qu'il lance lorsque se tisse la complicité, le jeu, les silences, le partage. Et surtout j'aime croire qu'au-delà des disputes, ça ne s'arrêtera pas.

Posté par cypris à 21:27 - Commentaires [6] - Permalien [#]

28 novembre 2006

Ma robe de princesse

Bien que certains m'accusent de "lacher l'affaire" concernant mon blog, laissez moi vous dire qu'il n'en est rien.

Hier, un cap important dans ma vie de greluche a été franchi.

Pour tout avouer, voilà quelques jours que j'ai un pretexte pour acheter LA robe que je ne porterai pas 10 fois dans ma vie, celle dont rêvent à peu près toutes les petites filles une fois dans leur jeunesse devant un bon vieux Disney.

Oui, je parle de la robe de "princesse", celle qui fera chavirer le coeur du gentil prince. Et dans ces moments là, pas de panique si un découvert est à l'horizon: miss carte bleue est là pour faire durer le rêve.

Alors oui, j'ai léché les vitrines avec ma grosse langue de greluche, et après les conseils de ma greluche je suis rentrée dans LE magasin dont je tairais le nom. En moins d'une heure, je repartais avec ma nouvelle grelucherie.
Ah ah, me diront les mecs mais sachez que c'est presque plus jouissif que vous, repartir sans remords d'avoir dépensé tant pour une petite robe.

Pour rester sobre, je l'ai choisie noire, fluide, la taille et le decolleté joliment drapé, le dos découvert et mis en valeur par un jeu de bretelles croisé. Et surtout, quand je tourne.........et bien... les vraies greluches comprendront, elles ont toutes fait ça un jour. Bien que la soie eu été plus noble, un mélange de polyester et de coton me convient parfaitement, vu la coupe, et le prix. Ben oui, même les rêves ont un prix.

Dois-je vous la présenter?

Posté par cypris à 21:22 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

16 novembre 2006

Travailler, ça sert à ça!

sinequanone

En sachant qu'à la fac j'étais complètement hermétique au style British, y'en a une qui va être contente en découvrant ma nouvelle veste...

Posté par cypris à 20:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]